Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cendrine BERTANI

Le parcours d'une jeune romancière confrontée au monde de l'édition.

Week-end quais du polar à Lyon

Publié le 1 Avril 2015 par Cendrine BERTANI

Week-end quais du polar à Lyon
Week-end quais du polar à Lyon
Week-end quais du polar à Lyon
Week-end quais du polar à Lyon
Une heure avec Elizabeth George, théâtre des Célestins, 28 mars 2015

Une heure avec Elizabeth George, théâtre des Célestins, 28 mars 2015

Week-end quais du polar à Lyon

Rencontres de quatre auteurs que j'affectionne particulièrement: Elizabeth George dont l'Anatomie d'un crime a bouleversé ma conception du thriller ( théâtre des Célestins ), interviews à l'hôtel de ville de Michael Connelly et de Grisham. Repas avec l'équipe sympathique de Fabio Mitchelli dont je viens de finir: La Compassion du diable.

Pour faire court, les conseils d'écriture de ces pointures du polar ont porté essentiellement sur l'attention consacrée aux personnages. Qu'ils soient récurrents comme ceux de Connelly, sacrifiés parfois ( telle Helen, la femme du héros d'Elizabeth George ), défenseurs de grandes causes ( les characters de Grisham ) ou obnubilés par des pulsions destructrices ( le Blake de Mitchelli ), les personnages se construisent par la connivence avec leur auteur, qui ressent pour eux un sentiment ambigu: création, dualité, mimétisme ou opposition, les liens sont troubles.

Cependant, pour rester très concrète, et progresser dans l'écriture, les conseils des uns et des autres ne sont pas tombés dans l'oreille d'une sourde. Faire des fiches détaillés, des portraits physiques et moraux de chaque personnage de roman, développés par une série d'anecdotes et de souvenirs fictifs, à créer avant même le début de la rédaction, au stade où l'intrigue se construit. Prévoir de saupoudrer ces données de temps à autre, afin de donner de l'épaisseur au personnage, en faisant graviter dans sa sphère des faire-valoir, secondaires, certes, mais qui l'aident à se construire. Et toujours garder en ligne de mire le fil conducteur de l'intrigue, qui doit tendre à une direction précise dès le début du roman.

Ah oui, j'oubliais. Le lieu doit être considéré comme un personnage supplémentaire, d'après Elisabeth George, Californienne qui s'oblige à situer la plupart de ses intrigues en Angleterre: un pays qui a une âme. Grisham s'attaque à l'exploitation scandaleuse du charbon par forage des sommets de la chaîne des Appalaches. Et dénonce la surpopulation des prisons américaines.

L'Amérique, l'Angleterre. Qui s'intéresse à la France ? Karine Giébel, dont j'ai adoré Meurtres pour rédemption. Les prisons françaises n'y ont pas la côte non plus.

Projet de l'été: écrire un vrai polar. Et pourquoi pas ?

Commenter cet article